triangle décoratif

Accueil > Actualités > La French Tech 2.0 – Nouvelles priorités de la Mission French Tech

La French Tech 2.0 – Nouvelles priorités de la Mission French Tech

Actualités

Publiée le 25 Oct 2018

Les nouvelles priorités de la Mission French Tech, décrites par Emmanuel Macron à Station F, mardi 9 octobre, s’articulent donc autour de trois axes :

  • Aider les startups à « passer à l’échelle » pour devenir des scale-up,
  • Promouvoir la « Tech for Good » (l’innovation qui vise à améliorer la société et résoudre les grands défis, notamment environnementaux, du XXIe siècle)
  • Et « mieux intégrer les femmes et la mixité sociale » dans un écosystème tech essentiellement blanc, masculin et issus de milieux sociaux favorisés

 

 

 

 

 

 

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat en charge du numérique, et Kat Borlongan, nouvelle directrice de la French Tech, ont présenté dans le détail les grands changements de la Mission et aussi les dispositifs d’accompagnement. Et ce, avec deux priorités en toile de fonds : le passage à l’échelle et les Deep Tech.

Entre Novembre et avant le printemps 2019, nous, Angers French Tech, devrons préciser la forme de notre candidature et nous rassembler pour porter ensemble cet enjeu de labellisation.

Pour rappel, les DeepTech regroupent les différentes technologies « de pointes » utilisées par les startups, et les grandes entreprises. On peut citer IA et robotique, informatique quantique, véhicules autonomes terre et air, batterie de demain, biotechs et medtechs, semi-conducteur et télécom. Tous les secteurs d’activité sont impactés.

Un French Tech Visa simplifié

Le premier grand changement réside dans l’évolution et la simplification du French Tech Visa. « Au 1er mars 2019, on va simplifier la vie à toutes les entreprises innovantes de France (et pas seulement du numérique) qui veulent recruter des talents », se réjouit Mounir Mahjoubi. « Les entreprises identifiées comme entreprises innovantes, appartenant à une communauté French Tech et identifiées par BPI… bénéficieront d’une procédure accélérée ».

A partir du moment où cette demande de recrutement de talents à l’étranger participe au développement économique, social et environnemental d’une entreprise, et non pas seulement à la R&D, « en quelques semaines, on sera capable de dire oui pour que les start-ups puissent vraiment mener leur recrutement », annonce Mounir Mahjoubi.

Les talents visés, de leur côté, bénéficieront d’un visa sur 4 ans, pour eux et leur famille, comme annoncé en 2017 avec le “Talent Passport – Family”, qui garantit à l’époux(se) du candidat les mêmes conditions d’accès au territoire que lui

Par ailleurs, le programme French Tech Ticket, qui vise à attirer les entrepreneurs étrangers en France pour qu’ils viennent y créer leur startup, est maintenu.

Tech for Good et Mixité sociale

Aucune annonce n’a été effectuée pour réaliser les objectifs de la Mission French Tech concernant la « Tech for Good » et la mixité sociale. Le programme French Tech Diversité, jugé nécessaire mais décrié pour son faible financement, se poursuit sans enveloppe supplémentaire pour en maximiser l’impact. Pour promouvoir la parité femmes/hommes, le gouvernement s’en tient à l’initiative Femmes@Numérique lancée en août dernier.

Labellisation French Tech – Place aux communautés et aux capitales French Tech

Finis les Hubs (22 à l’étranger) et les métropoles French Tech (13 en France) qui devaient répondre à des cahiers des charges assez stricts, place aux communautés.

Contrairement aux labels existants, qui sont pilotés par des acteurs publics et privés locaux ainsi que par des entrepreneurs, l’idée des Capitales et des Communautés est que les entrepreneurs soient placés au cœur de l’initiative.

Tous les entrepreneurs d’un territoire (ville, métropole, département, etc..) qui souhaitent se regrouper pour promouvoir un écosystème local ou une expertise commune pourront candidater pour créer une communauté French Tech. Les conditions : être animé d’un leadership entrepreneurial, avoir une certaine densité (environ 25 start-ups et/ou entreprises innovantes) et adhérer à un manifesto (en cours d’élaboration). Les critères seront très souples et développés au fil de l’eau. Lancement en novembre 2018.

Au-delà de ces communautés, un label « Capitale French Tech » va également voir le jour. L’objectif est de valoriser les aires géographiques qui concentrent un certain nombre d’entreprises en hyper croissance. « C’est la suite des métropoles dont le terme n’était pas très clair », explique le cabinet du ministre. Le gouvernement table sur 10 à 12 capitales. Les candidatures seront là aussi ouvertes dès novembre. Ce sont les communautés d’entrepreneurs qui pourront candidater avec le soutien de tous leurs partenaires publics. L’objectif est de laisser des communautés émerger et apporter davantage de visibilité aux plus grosses.

Lancement d’un fonds de soutien à la French Tech

L’autre ambition de la French Tech : redonner le pouvoir à ces communautés en soutenant les initiatives en local. Un fonds de la French Tech (le French Tech community fund), de 2 millions d’euros (pour démarrer), va ainsi être lancé au niveau national, notamment pour soutenir les initiatives portées par les communautés d’entrepreneurs partout sur le territoire.

Le projet de loi de finances en cours de validation propose pour la première fois une ligne de financement de 3 millions d’euros pour les frais de fonctionnement de la Mission French Tech et de sa dizaine d’employés basés à Paris.

Enfin, la Bourse French Tech (45.000 euros d’aides pour le lancement d’un projet), le fonds French Tech Accélération (qui investit en fonds de fonds dans des accélérateurs de startups), et le fonds French Tech Seed, tous trois gérés par Bpifrance et spécialisés dans le pré-amorçage et l’amorçage, bénéficient de financements propres tout en faisant partie de la Mission French Tech.

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité Angers French Tech !

triangle décoratif