triangle décoratif

Accueil > Actualités > L’international – Retour sur l’International Digital Economy Expo (Chine) – Corine Busson-Benhammou

L’international – Retour sur l’International Digital Economy Expo (Chine) – Corine Busson-Benhammou

Actualités Attirer ici et rayonner là-bas

Publiée le 16 Oct 2018

L’international :

La French Tech, Communauté des start-up et des entreprises de croissance innovantes occupe une place particulière dans l’économie française : ses entreprises sont à l’origine de la majeure partie des créations d’emploi. La French tech identifie le passage à l’échelle comme l’enjeu principal de croissance de la Tech française (nous utilisons le jargon « ScaleUp » pour désigner ces entreprises qui pensent ‘Global’ ou qui se développent à l’international).

S’ouvrir à l’international présente d’incontestables avantages pour les entreprises françaises, tels que :

  • Investir de nouveaux marchés en développement tels que les pays émergents, en plein essor économique, lieux-phares pour générer du chiffre d’affaires additionnel
  • Profiter d’une concurrence moins forte sur certains marchés qui recherchent des savoir-faire ou des technologies dont ils ne disposent pas localement
  • Élargir ses horizons de commercialisation pour mieux rentabiliser ses investissements d’innovation
  • Renforcer sa compétitivité en réduisant ses coûts de production locaux ou en acquérant des technologies innovantes disponibles uniquement dans le pays d’accueil.

L’enjeu aujourd’hui est de créer les conditions qui permettent d’accélérer et d’intensifier la croissance de ces entreprises pour permettre à notre territoire de faire émerger davantage d’entreprises de taille moyenne et intermédiaire, leader sur leur marché, en particulier à l’international, et créatrices d’emplois.

L’internationalisation est un levier majeur de croissance. Et ce dans un double sens : d’une part le développement international des entreprises qui doivent rapidement conquérir des marchés internationaux pour s’imposer dans une compétition immédiatement mondiale ; d’autre part l’internationalisation de l’écosystème #AngersFrenchTech en attirant des entrepreneurs, des talents et des investisseurs venus de partout dans le monde.

Il est indispensable qu’Angers ambitionne d’installer la dynamique French Tech à l’international afin d’en faire un avantage concurrentiel.

C’est la raison pour laquelle nous plaçons l’international au cœur de la stratégie de développement d’#AngersFrenchTech et de son lieu de ralliement ; avec ce double objectif, de projection internationale des entreprises du Grand Ouest et d’attractivité de l’écosystème angevin. Il s’agit de contribuer au succès des entreprises de la Tech du territoire, d’une part, et d’attirer de nouveaux investisseurs internationaux en Anjou, d’autre part : créateur de liens, d’intérêts et d’opportunités à l’international.

La préparation du World Electronics Forum nous a clairement offert l’opportunité de nouer des contacts exceptionnels et riches à travers le monde que personne n’avait jamais eus : les délégations nationales de l’électronique et les entreprises qui en sont adhérentes. Jusqu’à présent, aucune institution ou organisation publique, privée ou semi-publique ne travaillait avec ces fédérations pour en nouer des liens stratégiques business. La richesse de ces contacts résonne comme autant d’opportunités à faire fructifier demain pour créer un réseau unique autour de l’IoT et du Manufacturing.

Projeter nos entreprises vers de nouveaux marchés est une nécessité.

Pour les entreprises françaises, le choix de l’international est la promesse d’un niveau de performance plus élevée. La majorité de celles qui sont présentes à l’étranger reconnaissent les opportunités offertes, synonyme pour 85% d’entre elles d’amélioration de leur chiffre d’affaires et de conquête de nouveaux clients. L’internationalisation est également pour elles source de structuration organisationnelle et, surtout, d’emplois en France (87% des PME et ETI françaises présentes à l’international ont recruté en France en 2015-2016). Pour les autres, la plupart du temps, notre tempérament gaulois, nos barrières culturelles, les empêchent de penser global et de pousser leur développement international.

Notre atout est notre capacité à mettre en relation avec les bons interlocuteurs pour accélérer et simplifier les démarches à l’exportation : identifier les prospects et partenaires potentiels, organiser la prospection, les informer sur les conditions d’accès au marché, les conseiller sur leur implantation locale… Notre carnet d’adresse est ouvert. En complément des acteurs d’accompagnement à l’international, public ou privés, qui vous structurent pour partir à l’international, #AngersFrenchTech vous propose des services opérationnels facilitant vos rencontres d’affaire et votre intégration dans les écosystèmes cibles avec lesquels nous construisons des relations de confiance pluriannuelle et en profondeur. Ainsi, vous pouvez mobiliser nos réseaux en toute confiance et en quelques semaines.

Nous devons participer à l’essor de l’internationalisation des startups françaises (+20%/an depuis 2006). La répartition de la French tech dans le monde est inégale : plus de 70% des implantations des jeunes pousses se concentrent sur 15 villes réparties sur 4 continents dont 7 villes européennes : Londres, New York, San Francisco, Madrid et Barcelone, Berlin, Munich, Hambourg, Sao Paulo…

On constate donc un manque d’attractivité pour les pays émergents et pour l’Asie en général. Toutefois, Singapour et Hong Kong restent des lieux d’implantation pour les jeunes pousses françaises, respectivement à la 8e et 10e place du classement des villes où se concentrent les implantations. Ce sont de bons laboratoires pour tester le terrain sur les alentours. Hong Kong pour la Chine, Singapour pour le Japon. Mais l’Asie fait encore peur. Une méconnaissance demeure de part et d’autre. Il est vrai qu’il y a peu d’intérêt pour le marché asiatique en France, à la fois parce qu’il est culturellement plus facile d’aller aux États-Unis, et parce qu’il peut être compliqué de s’installer en Asie, particulièrement en Chine.

Le reste de l’Asie de l’Est et du Sud-Est présente de nombreux avantages : des comportements avant-gardistes dans le numérique, beaucoup de croissance et un pouvoir d’achat fort.  Du côté asiatique, le succès de la French Tech commence à faire évoluer l’image de la France, qui restait associée, en matière de technologie, au TGV d’il y a quarante ans.

Autrement dit, la concentration d’acteurs de l’électronique et les potentiels marchés en Asie sont peu connus. Il y a là un axe stratégique majeur qu’il nous faut privilégier.

Faire venir les projets

Il nous faut être proactifs, seule voie possible si nous voulons renforcer les implantations étrangères sur notre territoire. Nous croyons profondément aux rencontres et à la force des réseaux.

Identifier les bons interlocuteurs et aller à leur rencontre, c’est ainsi que le business se crée désormais. Établir une relation personnelle est le moyen le plus efficace de gagner du temps. La force des réseaux, c’est la capacité à faire des connexions entre leurs membres. Nous sommes en train de tisser des liens avec un nombre importants d’acteurs de la tech et de l’électronique mondiaux. En entretenant ces contacts avec ces capitaines d’industrie, nous créons les conditions pour faciliter les rencontres de demain et les opportunités business nous multiplierons les opportunités business au profit des entreprises du territoire, mais plus largement avec les entreprises françaises et européennes qui utiliseront nos services.

Bâtir une vraie offre de services

Il s’agit de faire le maximum pour installer un environnement favorable afin que les PME et les startups puissent grandir et devenir des champions européens ou mondiaux. Certaines startups sont attirées par les collaborations industrielles qu’elles pourraient développer.

Nous voulons donc construire une véritable offre de service, plutôt low cost, en ce sens. Car, le développement à l’international a pour limite principale son coût très élevé. Le budget moyen d’une implantation est de l’ordre de 500.000 euros. Aux Etats-Unis, un déploiement nécessite deux fois plus d’investissements qu’ailleurs dans le monde, soit 5 millions d’euros de levée de fonds contre 2,5 millions d’euros hors Etats-Unis. C’est pourquoi, il est important de mettre en place des fonds d’investissement pour accompagner les entrepreneurs.

Notre savoir-faire servira le développement du territoire, d’une manière ou d’une autre. Dit autrement, notre force ne se limite pas seulement à nos contacts mais viendra également de notre capacité à mobiliser toute la puissance d’investisseurs nationaux et internationaux.

Trouver des sources de financement

De l’expérience accumulée ces derniers mois, nous retirons plusieurs enseignements. Le premier est, sans conteste, que nombre d’investisseurs étrangers ont une réelle appétence pour les sujets sur lesquels nous travaillons autour des smart markets.

Si nous voulons saisir les opportunités de financement, il nous faut aller à la rencontre des capitaux-risqueurs étrangers pour leur vendre la destination Angers et faire valoir auprès d’eux nos atouts.  Nous pouvons nous appuyer sur les French Tech Hub rencontrés ces derniers mois pour nous y aider.

Le monde de l’investissement est très compétitif. Notre capacité à nous distinguer de la concurrence tient à notre capacité à ouvrir des portes en Asie, berceau de l’électronique, et apporte une valeur ajoutée considérable. Surtout pour les startups ou PME matures, qui regardent où elles pourraient se développer, mais aussi pour les plus jeunes, juste après l’amorçage, qui veulent avoir un pied à l’international dès le début.

Le partage de cette réflexion, nous conduira peut-être à lancer un fonds d’investissement indépendant et international pour accompagner les jeunes entreprises incubées et accélérées sur notre territoire afin qu’ils deviennent nos prochains tech champions. Faire venir en France des investisseurs étrangers pour obtenir un effet de levier financier et nous permettre d’être rapidement un acteur qui compte, avec une capacité d’investissement conséquente et surtout de servir l’accélération des entreprises du territoire. Car nous avons besoin de davantage d’investisseurs capables d’accompagner les startups, ouvrir les vannes du financement pour corriger les faiblesses actuelles.

Trois facteurs expliquant l’accélération de l’internationalisation.

1) L’effet générationnel : les jeunes startupers possèdent, de manière générale une culture internationale.

2) L’accélération des levées de fonds qui pousse les startups au développement à l’international. L’étude montre qu’avec leur évolution rapide, les startups s’implantent en moyenne quatre ans seulement après leur création vers d’autres pays.

3) L’internationalisation fait partie intégrante des business model puisque les marchés sont mondiaux. Il faut aller vite et prendre des parts de marché : les startups doivent être scalables.

Bref, pour un entrepreneur audacieux en quête de croissance, l’ouverture à l’international est un des principaux leviers pour faire grandir son entreprise.
Pour lutter contre la frilosité des entrepreneurs à l’international, nous proposons de lever les freins en organisant des réunions informatives sur les pays avec lesquels nous avons tissé des liens forts pour partir à la conquête du monde.

Découvrez nos 4 raisons de miser sur l’international :

Les PME et startup qui s’inscrivent sur une trajectoire de croissance en hausse ou en forte hausse ont réalisé en moyenne entre 13% et 18% de leur chiffre d’affaires à l’export entre 2009 et 2013 contre 9% pour les entreprises dont la trajectoire de croissance est stable.

Entrepreneurs, l’international présente de nombreuses vertus pour :

  • Trouver de nouveaux relais de croissance

La croissance ainsi que les opportunités de business se présentent de plus en plus en dehors de nos frontières. En 2021, la France ne représentera que 0,8% de la population globale et 2,6% du PIB mondial. Cela signifie que 99,2% de vos clients potentiels se situent hors de France.

  • Recruter et fidéliser des talents

Une entreprise qui bénéficie d’une présence internationale renforce son attractivité vis-à-vis de candidats potentiels. Elle leur offre des perspectives de promotion en interne en diversifiant les postes et les opportunités de mobilité et elle renvoie l’image d’une entreprise dynamique et ouverte sur le monde, en phase avec les attentes des jeunes diplômés.

  • S’inspirer d’idées nouvelles

S’implanter à l’étranger permet également de rester attentif aux innovations de produits, de procédés et d’organisation, pour éventuellement les appliquer en France et améliorer les process. Cette démarche de veille est un moyen efficace de rester compétitifs et d’innover en permanence.

Voilà pourquoi #ANGERSFRENCHTECH a représenté la France et plus largement, l’Europe lors du WEF (World Electronics Forum) et du Salon de l’IDEE (International Digital Economy Expo 2018) en Chine, à Shijiazhuang. Nous sommes allés sur ce salon en marge du WEF avec des entreprises du terrtoire car nous avons considéré que malgré des délais courts – cette opportunité nous permettait de valider notre stratégie. Nous avons imaginé notre pavillon #AngersFrenchTech pour satisfaire nos chefs d’entreprise dans la tenue des RV qualifiés que nous leurs avons construits sur mesure et qui répondaient précisément à leurs briefs respectifs. Vous pourrez lire au par ailleurs le témoignage de Patrick Collet, PDG de Tronico, sur son expérience au WEF – IDEE avec la Coopérative #AngersFrenchTech. Fort des signaux encourageants de cette première réalisation, nous prévoyons de mettre en place des opportunités similaires de façon régulière et structurelles.

De nouveaux contacts ont été initiés avec notamment les fédérations étrangères de l’électronique mais aussi les entreprises qui en sont adhérentes. Un MOU (Memorandum of Understanding) a été signé entre #AngersFrenchTech et une entreprise Chinoise membre de la Chambre de commerce Chinoise, qui est d’ailleurs entrée au capital de la Coopérative #AngersFrenchTech pour soutenir son action. Deux délégations étrangères seront présentes à Angers fin octobre et début décembre pour découvrir nos entreprises locales pour mieux appréhender notre écosystème relatif à l’électronique et l’IoT : l’une Philippine et la seconde Chinoise. La venue de ces délégations est une chance pour notre territoire dans le sens où ces deux pays souhaitent véritablement initier des partenariats avec notre tissu entreprenarial local, nos ESR et plus globalement notre éco-système issu de l’électronique et de la tech.

Ces chefs d’entreprises étrangers viennent découvrir notre savoir-faire et par la même occasion veulent s’ouvrir à notre culture, à savoir : l’œnologie, le tourisme, la gastronomie etc…

Nous sommes tous – au vu de la Chine ou des Philippines – des ambassadeurs tant de la French Tech, de la French Touch que de notre territoire et si notre but il y a deux ans était d’entrer en contact avec l’international pour se faire connaitre et être identifié comme Capitale européenne de l’IoT et du Manufacturing, aujourd’hui c’est non seulement chose faite mais mieux encore, les délégations savent qui nous sommes et sont véritablement attirées par notre territoire et réfléchissent aux différents modes de collaboration et de business possibles.

Nous vous rappelons la réunion relative au marché Philippin en présence du Président de la fédération nationale des Philippines, les chefs d’entreprises et de l’Ambassadeur,

vendredi 26 octobre de 8h30 à 9h30 à la Mairie d’Angers

Ouvrez-vous au monde, soyez audacieux, venez nombreux, les opportunités y sont intéressantes et le marché prometteur…

 

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité Angers French Tech !

triangle décoratif